7 règles pour prendre des décisions importantes sans sueurs froides

Vous connaissez ce moment où il faut trancher ? Un instant légèrement paralysant, où maintenir le status quo paraît tout à coup bien plus attrayant que prendre une potentielle mauvaise décision. Embaucher ce candidat ou son concurrent ? Postuler dans cette boite ou rester bien au chaud ? Rester vivre dans cette ville que je connais par coeur ou recommencer ailleurs ?… la liste des décisions à prendre qui font se sentir comme devant ce casse tête qu’on vous a offert à Noël est infinie et elle nous donne à tous ce même sentiment : l’envie de tout jeter en l’air, démarrer Netflix et ne plus y penser.

Au départ l’idée de ne rien décider du tout plutôt que faire le mauvais choix paraît la plus lumineuse, mais force est de constater que la vie a cette fâcheuse manie de nous obliger à décider, de doute façon. Dans ce cas là autant se donner toutes les chances de trancher avec toutes les bonnes cartes dans notre jeu, voici donc  ̶v̶o̶t̶r̶e̶ ̶b̶i̶b̶l̶e̶ une liste de règles qu’il sera bon de suivre pour vous assurer de prendre les décisions difficiles sans avoir à essuyer (trop) de regrets.

Planifiez-vous du temps

Que vous ayez connaissance de la situation depuis 1h ou 3 mois, que vous disposiez d’1h ou 3 mois pour régler la question ne fait aucune différence. Les meilleures réponses se présentent rarement quand on est sous pression, les yeux rivés sur les secondes qui avancent. Pour prendre des décisions dans les meilleures conditions, il faut se donner le temps de le faire. Qu’il s’agisse donc de segments de 10mn ou 1h consacrés à la question en jeu, trouvez le temps de vous consacrer uniquement à cela, que ce soit pour y penser, en parler, effectuer des recherches ou même piquer une colère monstre et hurler que c’est pas juste de devoir choisir, en tapant des pieds.

Faites votre ménage

Sans aller jusqu’à faire un stage de méditation à Ubud, faire le vide pour mieux se rassembler et s’écouter peut avoir des vertus surprenantes. Tout comme on vit moins bien dans un appart en bazard, on pense moins bien dans une tête encombrée. De là, à chacun sa manière de faire le ménage et calmer le chaos dans sa tête. Qu’il s’agisse de se tenir en tailleur au milieu du salon en psalmodiant des AOM ou de courir sur un tapis à la salle de sport, à vous de trouver la technique qui vous permettra d’arriver à cette fin. Le but de cet exercice est simple : faire le ménage dans sa tête laisse plus de place pour écouter ses intuitions. De cette manière les réponses se présentent parfois toutes seules, mais dans les situations encore plus complexes, ces petits bouts d’intuition peuvent peser dans la balance au moment de se décider.

Vous n’avez pas les mêmes valeurs

Les prises de décisions importantes impliquent des changements à l’impact notoire sur votre vie et/ou celle des autres. Donc sans vouloir ajouter de pression dans l’équation, il serait plutôt conseillé d’avoir connaissance de votre vision de la vie et de votre système de valeurs lorsque vous commencez à peser vos options. Une décision prise à l’encontre de qui vous êtes, de vos désirs et vos valeurs, vous risquez de vous retrouver à rouler sur l’autoroute des regrets. Si l’exercice n’a pas encore été fait, prenez un moment pour écrire votre vision de la vie, ce qui est vraiment important pour vous et les valeurs qui vous définissent, vous pourrez utiliser ce résultat comme cadre de vos réflexions.

Savoir arrêter les recherches

Connaître son sujet à fond avant de se décider, c’est bien, mais attention à ne pas pousser les recherches jusqu’à se retrouver enseveli sous une avalanche de détails. Trop d’information tue l’information, c’est facile à dire, mais c’est aussi très vrai. Sachez donc limiter les sources sur votre sujet et limitez vous aux points qui présentent vraiment de l’importance dans votre réflexion. Pensez par exemple à chercher ces infos qui pourraient confirmer ou infirmer l’adéquation de votre projet avec vos valeurs, c’est déjà un bon début. En gros, si vous connaissez déjà le nom et l’adresse de la secrétaire de l’entreprise où vous envisagez de postuler, c’est que vous êtes allé trop loin dans vos recherches, vous pouvez arrêter là.

Vous avez le droit d’appeler un ami

Certains ont besoin de parler pour traiter une problématique et réaliser leurs options, pour d’autres discuter d’une problématique avec une personne dont le jugement à de la valeur permet de faire avancer la machine. Dans tous les cas, parler à un ami ou une personne de confiance aide généralement à la prise de décision. Attention cependant à l’écueil de parler de votre projet à trop de monde : de nombreux avis divergents n’auront que pour effet de vous embrouiller et vous devrez remonter dans cet article pour relire la seconde règle. Si vous n’avez pas d’amis, ne connaissez personne ou n’aimez pas les gens, vous pourrez aussi vous inventer un interlocuteur imaginaire et vous figurer la réponse qu’il vous ferait. Humour à part, c’est aussi là une façon d’écouter son intuition.

Let it go

Une fois le travail de recherche et de réflexion abouti, arrive un moment ou il faut accepter que la situation ne soit plus sous notre contrôle et laisser faire le reste. Dans le processus de prise de décision, certains aspects peuvent être imprévisibles, comme l’arrivée d’un nouvel élément, une personne, une nouvelle option. C’est d’ailleurs peut-être aussi ça qui paralyse au départ : décider d’opérer ou pas un changement dans un environnement qui change malgré nous de toute façon. Dans ce cas là, c’est le moment de rester zen, d’ouvrir Netflix et de se donner ce petit moment de répit mérité.

Sans se retourner, ne pas regretter

Une fois toutes les cases cochées et la décision prise, nul besoin de regarder ce qui a été fait, la prochaine étape sera de vivre avec les conséquences de ce changement, (ou d’ailleurs de cette absence de changement) et de découvrir si ce choix en était un bon. Loin de nous l’idée de jouer les Bouddha, mais il est important de garder en tête que les choix et leurs options se présentent par milliers, chacun avec des conséquences différentes et comme dit au dessus, l’inconnu fait partie de l’équation. L’important au final, c’est donc de savoir tirer correctement les leçons de ses choix, qu’ils aient été une erreur ou non.

Par Mélanie, pour Ineva