Ma vie d’entrepreneur : comment recruter sa Dream Team ?

Avec ses airs utopiques, la Dream Team” en fait rêver plus d’un. Un précieux équilibre dans lequel des individus complémentaires se lient dans une atmosphère bienveillante pour avancer ensemble vers le même objectif. Mais il suffit parfois d’une brique mal placée pour mettre en péril la stabilité de ces fondations et c’est toute l’équipe qui en pâtit ! Alors comment s’assurer que cette nouvelle recrue apporte sa pierre à l’édifice sans fragiliser cette construction en perpétuel mouvement ? 

Créez une connexion pour être dans l’échange.

Face à son potentiel futur employeur, on est rarement totalement soi-même. Un candidat en entretien veut plaire, donner la meilleure image de lui-même. Cependant, un candidat qui se vend ne se livre pas totalement. Alors comment réellement découvrir cette personne et identifier sa potentielle adaptation à votre Team ? Et bien c’est à vous de jouer, recruteurs, en faisant de ce moment, un véritable moment d’échange. Pour cela, il faut se mettre au diapason; créer une sorte de connexion avec le candidat en sortant de la position de “recruteur” pour se mettre en position de réel interlocuteur. Cela passe par la posture, les gestes, le ton employé, le sourire… une attitude qui le met en confiance et non en position de candidat jugé et évalué. A partir du moment où vous avez donné cette ouverture, la personne se sent plus apte à se livrer, dire réellement qui elle est, ce qu’elle a fait et ce qu’elle a envie de faire.

Privilégiez les Soft Skills, la clé du succès.

Les Hard Skills du nouvel arrivant sont évidemment cruciaux. Cependant ils ne devraient pas être l’unique point d’évaluation du candidat. Au delà de ses connaissances et de ses savoir-faire, la personne qui rejoint votre équipe doit avant tout pouvoir s’y intégrer et surtout trouver son terrain d’expression pour s’y épanouir. On connaît la suite du cercle vertueux : un collaborateur épanoui est un collaborateur engagé et efficace. Tout le monde s’y retrouve gagnant. A l’inverse, il ne sert à rien de forcer un bon profil car s’il ne partage pas votre vision, c’est la cohésion de toute l’équipe que vous mettez en péril. Alors ne vous attachez pas à son école de commerce top 3 ou d’autres biais inscrits sur le CV qui peuvent rassurer. Prenez le temps de découvrir la personne et de vous poser ces trois questions : Premièrement, “est ce que je me vois travailler avec elle ? ”. Deuxièmement, “a-t-elle envie d’apprendre ? ”. Troisièmement, “saura-t-elle s’adapter à notre écosystème et nos valeurs ? ”. 

Et si vous tentiez la multiculturalité

Dans la notion d’ “équipe de rêve” transparaît l’idée d’une cohésion du groupe. On pourrait ainsi penser : “Facile, qui se ressemble s’assemble”. Ne tombez pas dans ce piège en mettant de côté la grande richesse de la multiculturalité ! Des bagages culturels, familiaux, d’éducation rendent chacun unique, avec une vision propre à sa personnalité et viennent nourrir le groupe. Pensez “individualités” au profit d’une intelligence collective grandissante. Naturellement, il ne faut pas négliger les risques de ce melting-pot culturel. Parfois la compréhension et les avis peuvent diverger et créer des tensions. Mais n’oubliez pas : chacun essaie de préserver son identité. Il n’est pas nécessaire que tout le monde soit toujours d’accord, il suffit juste d’accepter l’avis de chacun. La force de l’équipe qui tend vers un objectif commun permettra de créer cette cohésion. Alors si vous réussissez à déceler une personnalité enrichie par son environnement culturel tout en étant capable de cultiver la différence : vous avez déniché un trésor. 

Enfin, n’oubliez pas de vous faire confiance. 

Recruter pour soi, c’est compliqué. On a peur de faire des erreurs, de laisser passer une perle rare ou de s’engager avec une personne non adaptée. On ne le répétera jamais assez : faites-vous confiance. Croyez en vous et en vos intuitions. Soyez dans l’échange et non dans la vente avec chaque profil rencontré et vous agrandirez sereinement cette Dream Team dont vous avez toujours rêvé.